Partagez

Nous avons tous à cœur d’être là pour nos parents, à mesure qu’ils vieillissent. Mais sommes-nous préparés à assurer certaines tâches pour eux ? Ne faut-il pas plutôt faire appel à un professionnel dont les gestes et réflexes seront plus assurés que nous ? Quelles solutions sont disponibles pour apporter un accompagnement professionnel et adapté à un proche vulnérable ? Plutôt privilégier une auxiliaire de vie, (ou AVS, soit auxiliaire de vie sociale) ou bien une aide à domicile ? 

Souvent confondus, ces deux métiers sont indispensables pour accompagner les personnes et leurs proches aidants. Mais quelles sont les différences et comment choisir ?

Finense vous dit tout dans cet article.

1. Qu’est ce qu’une aide à domicile ?

Une aide à domicile, comme son nom l’indique, est une personne chargée d’accompagner les personnes âgées ou handicapées dans leur quotidien à leur domicile. 

Ses activités principales sont : 

  • Faire leur ménage;
  • S’occuper de leur linge (machine à laver, repassage, changement des draps etc.);
  • Faire leurs courses;
  • Prendre en charge certaines de leurs démarches administratives;
  • Leur préparer à manger et faire la vaisselle; 
  • Leur faire des petits travaux de bricolage (comme changer une ampoule).

Elle peut également s’occuper du lever et du coucher de la personne, en fonction de la situation personnelle. 

En d’autres termes, une aide à domicile se concentre sur l’environnement de la personne prise en charge et lui apporte un réel soutien, et ce grâce à une relation de confiance. En effet, son intervention est modulable et s’adapte à chaque personne et à chaque demande. C’est pour cette raison que l’aide à domicile peut s’occuper de plusieurs personnes en ajustant son emploi du temps : le nombre d’heures travaillées d’une personne à l’autre peut être différent en fonction des besoins.

En résumé, une aide à domicile, à travers l’accompagnement, l’aide, et le soutien personnalisés, permet aux personnes vulnérables de conserver une partie de leur autonomie plus longtemps. Elles peuvent ainsi continuer de vivre à leur domicile.

2. Qu’est-ce qu’une auxiliaire de vie sociale ?

Si on parle d’auxiliaire de vie sociale, c’est justement parce que son rôle a des dimensions sociales : son objectif est de s’occuper et de faire profiter la personne dont elle a la charge. 

Ses différentes missions consistent à : 

  • Accompagner la personne lors de ses différents rendez-vous médicaux et administratifs;
  • L’aider à aller faire ses courses;
  • L’assister dans les routines du matin et du soir, telles que : 
    • Se lever et se coucher;
    • S’habiller;
    • Faire sa toilette et s’occuper de son hygiène;
    • Surveiller sa santé (comme veiller, sans intervenir, à la bonne prise des médicaments prescrits par le médecin);
  • Aussi et surtout, elle la fait sortir lors de promenades, de sorties en tout genre ou encore de loisirs.

Attention : un auxiliaire de vie n’est pas autorisé à intervenir dans la prise des médicaments ou à prodiguer des soins de santé. Ces missions sont délicates et réservées à des professionnels avertis.  

3. Quels sont les points communs entre auxiliaire de vie et aide à domicile ? 

L’auxiliaire de vie et l’aide à domicile sont deux professions qui traitent d’accompagnement et de soin à la personne. Certaines missions peuvent être réalisées par l’une comme par l’autre, ce qui leur vaut souvent d’être confondues. Aussi, toutes deux se basent sur une relation de confiance, de patience et de respect mutuel. 

Ces deux métiers difficiles se concentrent sur l’humain et son bien-être. Ils sont indispensables, puisqu’ils permettent à nombre de personnes vulnérables de pouvoir vivre plus sereinement, et en l’occurrence aux personnes âgées de vieillir à domicile grâce à un bon accompagnement.

Avant toute chose, l’aide à domicile et l’auxiliaire de vie sont des personnes qui bien entendu permettent de briser la monotonie du quotidien que ressentent beaucoup de personnes vulnérables et isolées. Elles leur donnent de l’attention, s’occupent d’elles, de leur environnement et les font se sentir considérées et écoutées. 

En résumé, elles leur accordent du temps et leur permettent de ne pas souffrir de solitude. 

Outre les capacités physiques requises pour aider ces personnes dans leur quotidien, d’autres qualités sont nécessaires pour exercer ces métiers. Il faut, entre autres, être apte à faire preuve de beaucoup de patience, d’écoute, d’empathie et de discrétion. 

💡 Notre conseil : Afin de faciliter le travail de l’auxiliaire  de vie , notamment lorsqu’elle doit faire les courses, acheter les médicaments ou accompagner la personne aidée dans ses sorties, la carte de paiement Finense est particulièrement adaptée. Sécurité, simplicité et confiance sont au rendez-vous !

Footer finense

4. Quelles sont les différences entre auxiliaire de vie et aide à domicile ? 

Il existe trois grandes différences entre l’auxiliaire de vie et l’aide à domicile. 

  1. Premièrement, comme évoqué précédemment, une auxiliaire de vie s’occupe davantage de la personne vulnérable en elle-même et lui accorde plus de temps. L’aide à domicile travaille dans le logement de cette personne et ses missions sont principalement d’ordre ménager. C’est pour cette raison qu’elle se déplace moins régulièrement que l’AVS, qui doit venir tous les jours. Ainsi, l’AVS ne se concentre pas sur l’entretien du domicile de la personne vulnérable. Elle ne s’occupe pas de la préparation des repas, de la lessive ou encore du ménage. En effet, ces différentes tâches ménagères sont réservées aux aides à domicile, même si l’AVS peut parfois faire un peu de rangement dans le logement si jamais cela est nécessaire. 
  1. Aussi, en toute logique, ces deux métiers ne nécessitent pas la même formation. En effet, pour être reconnu comme AVS et pouvoir exercer ce métier, il est indispensable d’obtenir un diplôme d’État : le diplôme d’État d’Accompagnement Éducatif et Social (ou DEAES) (lien externe). Ce dernier n’est pas nécessaire pour les aides à domicile, qui peuvent en revanche posséder un Bac pro, un CAP, un BTS ou un BEP spécialisés dans l’hygiène.
  1. Enfin, contrairement à l’aide à domicile, l’auxiliaire de vie peut intervenir ailleurs qu’au domicile de la personne vulnérable. Il peut alors être employé par un hôpital, un Ehpad, une association, un centre d’action sociale ou encore par une entreprise privée, et aller exercer sur place. 

Pour conclure, un auxiliaire de vie et une aide à domicile sont deux professions différentes, bien que similaires dans leur approche et dans leur mise en place, mais qui n’apportent pas exactement les mêmes accompagnements aux personnes. Prenez donc garde à bien choisir l’accompagnement dont votre parent âgé a besoin.