Partagez

C’est bien connu, on peut faire de très bonnes affaires sur internet ! Produits de consommation à prix cassés, soldes, offres promotionnelles, on peut très vite être tenté d’acheter face à des promotions et offres qui semblent inratables et compétitives. Pourtant, il convient d’être très vigilant, car le web fourmille aussi de multiples arnaques. Tout le monde peut en être victime : jeunes et moins jeunes, internautes avertis comme novices du web. Finense vous donne quelques clés pour ne pas succomber trop facilement aux sirènes de bons prix… souvent trompeurs ! Car aujourd’hui, l’essentiel des arnaques passe par Internet : chaque année, environ 14% des français en sont victime. Voyons ensemble comment éviter les arnaques en ligne.

1. L’exemple du Black Friday

Qu’est-ce-que le « Vendredi Noir » ?

Importé des Etats-Unis depuis dix ans à grand renfort de publicité, le concept des promotions du Black Friday  est l’occasion de faire de bonnes affaires, mais aussi de s’exposer au risque des arnaques en ligne. 

Mais le Black Friday, c’est quoi au départ ? Cette courte période de déstockage est une tradition aux Etats-Unis, et ce depuis les années 1950. Elle correspond à un calendrier particulier, dont le but est pour les commerçants de vider leurs stocks juste après la fête de Thanksgiving (dernier jeudi de novembre) afin de pouvoir mettre en rayon toute la marchandise de la période de fête de fin d’année. Ainsi, pendant le temps d’un week-end, de fortes ristournes sont offertes sur une grande quantité de produits. Cela déclenche d’ailleurs parfois des scènes de bousculade relativement violentes dont les journaux télévisés sont friands.

En France, les commerçants ont réussi à générer de l’effervescence autour de cette opération promotionnelle. L’accent est mis sur le ton de l’urgence : les promotions sont importantes mais de courte durée, il faut consommer vite et tout est fait pour vous le rappeler. 

La tendance générale est de privilégier les promotions en ligne avec parfois des sites et des produits uniquement labellisés Black Friday. Il y a aussi le plus spécifique et très prisé Cyber Monday  : une opération organisée le lundi qui suit le Black Friday et qui concerne uniquement les ventes en ligne. On voit même parfois des applications spéciales à télécharger pour avoir accès à des promotions ou pour comparer les offres. 

Les risques liés au Black Friday

C’est ici que des risques apparaissent, car certaines de ces applications mobiles dédiées au Black Friday ont un caractère risqué pour vos données, contenant des virus et autres programmes malveillants. Le plus souvent, le but est de vous soutirer votre numéro de carte de paiement avec les éléments de validation pour l’utiliser à votre insu.

En effet, le sentiment d’urgence créé par la courte durée de la promotion ajouté à la peur du risque de laisser passer des très bonnes affaires peut nous rendre impulsifs et moins vigilants sur les arnaques en ligne. Le bon sens du client à la recherche de l’affaire du siècle est parfois moins aiguisé. Au final, celui qui fera la meilleure affaire est peut-être une personne mal intentionnée profitant de l’aubaine à sa façon. 

Il n’y a pas nécessairement plus de risques à faire son shopping en ligne pendant cette période mais les mauvaises expériences, y compris des escroqueries, sont malheureusement encore nombreuses. Ainsi, on recense diverses formes de mésaventures possibles, de l’absence de livraison au vol de données personnelles et la fraude à la carte qui s’ensuit. Les arnaques en ligne sont très variées !

Par exemple, ces six derniers mois, plus de 61 000 déclarations d’arnaque en ligne ont été enregistrées par Thesee (plateforme qui recueillent les plaintes de victimes d’arnaque sur Internet), dont 33 000 plaintes validées et un préjudice financier de plus de 18 millions d’euros.

2. A quoi devez-vous en particulier veiller pour éviter les arnaques en ligne ?

Sur internet, il faut toujours garder la tête froide et ne pas faire chauffer la carte de paiement. Que ce soit dans le cadre du Black Friday ou sur des sites, qui tout au long de l’année vantent des prix exceptionnels, il convient toujours de savoir à qui on à faire. Les sites et applications des grands distributeurs ou commerçants en ligne ayant pignon sur rue sont à privilégier. Il est peut-être peu prudent de ne pas faire ses achats sur un site que vous n’aviez jamais visité auparavant. Et cela, ne serait-ce que pour confirmer que les produits convoités ont bien bénéficié d’une baisse réelle de prix et que le commerçant est un revendeur habituel, pour éviter les mauvaises surprises.

« https » : 5 lettres qui indiquent qu’un site est sécurisé, et donc généralement fiable. 

Les opérations de paiement doivent impérativement se faire dans un cadre sécurisé. Au minimum, il faut regarder dans sa barre de navigation si l’adresse commence par le fameux « https ». D’une manière générale, lorsque l’url d’une page n’est pas sécurisée en https et que vous constatez des fautes de frappe ou d’orthographe, il convient de s’abstenir de toute action. Bien entendu, si l’on vous demande votre numéro de carte bancaire autrement que dans le cadre d’une transaction sécurisée, c’est non.

Attention à bien regarder si le «S» est présent ! Il signifie “Secure”, soit sécurisé ou sûr, et est indispensable de nos jours si vous souhaitez vous rendre sur un site fiable. 

Le hameçonnage, une pratique d’escroquerie en ligne classique

Attention aussi aux mails d’hameçonnage (autrement appelés phishing). Souvent, vous apprenez l’existence de l’affaire du siècle par un courriel non sollicité. Les scammeurs, ou professionnels de la fraude, vont expédier des mails qui ont (presque) toute l’apparence de celui d’un de vos commerçants préférés. Leur but est de vous faire cliquer sur un lien qui pourrait entraîner la mise en place de virus ou de mouchards sur votre ordinateur ou smartphone. Si vous n’avez pas une confiance absolue dans la légitimité ou l’origine de ce courriel, alors ne cliquez jamais sur le lien. Allez plutôt directement sur le site de l’envoyeur pour vérifier de qui il émane. 

Pour vous en rendre compte plus facilement, n’hésitez pas à simplement regarder l’adresse mail expéditrice : c’est ici que vous verrez la légitimité ou non de l’offre. Par exemple, s’il y a des fautes d’orthographe, ou des points et des tirets en trop, prenez vos jambes à votre cou !  Vous pouvez aussi le constater par le contenu du mail : est-ce que des images sont présentes ? Ont-elles chargé correctement ? La mise en page aussi est importante, et si vous en avez l’occasion, comparez ce mail avec d’autres mails que vous auriez potentiellement reçus de cette entreprise. 

Arnaque par SMS ou Whatsapp

Les mails ne sont pas la seule porte d’entrée des escrocs sur internet. Il se peut aussi qu’un lien reçu par sms ou WhatsApp vous incite à aller profiter d’une promotion. Ce type d’arnaque est assez courant mais prend encore plus d’ampleur en période de soldes. Le lien faisant miroiter une super ristourne sur un site très connu ou une grande marque vous amène à une fausse page, souvent bien copiée avec tous les logos que vous vous attendez à voir. Là, vous pensez vous inscrire pour profiter de la promotion et au bout du compte entrez votre carte bancaire et vos données personnelles dans la base des escrocs. Méfiez-vous au maximum de ce type de messages ! 

De manière générale, il faut garder la tête froide et laisser son bon sens prendre le dessus. Il est vrai qu’il y a un plaisir et une poussée d’adrénaline provoqués par le fait de débusquer la formidable affaire sur la TV, la paire de chaussures ou le manteau de ses rêves. Mais il faut vérifier que la baisse de prix est aussi conséquente ou réelle qu’affichée. Il est préférable de regarder si les prix de référence pour calculer l’impressionnant -XX% de rabais était bien le prix habituel préalable ou qu’il n’est pas simplement le prix normal que l’on trouve chez des concurrents. Enfin, il faut se demander si ce n’est pas « trop beau pour être vrai » et se dire que « si c’est flou, il y a un loup ». On l’aura compris, ces vieux adages restent d’actualité. 

Pour éviter ce genre d’arnaques, souvenez-vous que ce genre de messages n’est que très rarement une vraie offre. Pour chaque site sur lequel vous vous êtes inscrits et avez renseigné vos informations, on privilégiera le contact par mail, sauf si vous avez indiqué accepter de recevoir des offres par mail. Dans ce cas, vous pouvez par exemple noter dans un coin tous les sites pour lesquels vous avez accepté de recevoir des notifications par message. Mais la plupart du temps, lorsque vous recevez des messages comme ceux-ci, passez votre chemin. 

3. Quelques précautions pour un shopping sans mauvaise surprise

Lire ses relevés de compte et aller au-delà

Il est toujours important d’avoir un œil sur vos comptes et vos relevés. En effet, les achats frauduleux ou qui vous semblent douteux y apparaissent au fil de l’eau. Une consultation régulière et attentive de vos relevés de comptes est un exercice salutaire. Il faut savoir que certaines opérations du mois de novembre n’apparaîtront que sur le relevé de décembre. Il convient aussi d’essayer de comprendre l’intitulé des lignes d’achats par carte. Parfois le nom du site commerçant n’est pas le même que ce qui apparaît mais la dépense vous semble la bonne (date, montant, type de dépense).

Il existe souvent des catégories définies par votre banque pour comprendre vos débits en carte et il faut se familiariser avec, même si elles sont parfois très ou trop génériques. Si toutefois vous avez la possibilité de voir vos opérations en temps réel c’est bien plus rassurant et sera encore plus pertinent qu’une lecture par catégorie de dépense. Un service comme Finense est idéal pour faire les comptes et ne rater aucune information.

Utiliser des moyens de paiement dédiés et sécurisés

Il est préférable d’utiliser votre carte bancaire ou une carte de compte de paiement bénéficiant des derniers éléments de sécurisation des achats en ligne. Au-delà du désormais classique et dépassé 3D Secure qui vous demande un code reçu par sms pour valider une transaction, il y a des évolutions plus fines impliquant l’application bancaire, protégée par un code et la biométrie.

De plus, une pratique courante et assez judicieuse de certains est d’utiliser une carte et souvent un compte dédié à ces dépenses anticipées. Les cartes virtuelles qu’offre Finense permettent de ne dépenser que ce que l’on a prévu dans son budget. On peut alors consacrer une somme préalable à ses achats en ligne sans risquer de se voir siphonner la totalité de son compte courant. Chaque achat entraîne ainsi une vérification du solde du compte lié à la carte, évitant ainsi les découverts et limitant les risques en cas de fraude. Au pire, seul ce compte dédié, avec ses limites et son solde prédéfini, subira la fraude.

Par ailleurs, ce type de service implique une notification en temps réel de chaque flux. On ne découvre plus l’ampleur des achats à la réception du relevé le mois suivant. On peut souvent bloquer sa carte en cas de doute sans faire opposition, le temps de comprendre une opération que l’on ne reconnaît pas. Finense offre également des options pratiques de gestion de l’argent au quotidien comme les options de configurations (achat en ligne, retraits, achats à l’étranger, limites) et des alertes  sur les dépenses. Ainsi, achat plaisir et sérénité sont au rendez-vous.

Connaître ses recours pour se défendre en cas de fraude

Il faut aussi être au fait de ses droits en matière de e-commerce et de vérifier les conditions générales de vente du commerçant. La protection du consommateur est assez bonne pour les clients français. Il faut connaître le droit de rétractation de 14 jours pour les achats sur internet.  Par ailleurs, la bonne foi du client tend à primer en cas de fraude déclarée à sa banque.

Dès lors, un peu de préparation, de sang froid et de bon sens sont les ingrédients d’un shopping sur internet bien mené. La bonne maîtrise des achats en ligne et de ses moyens de paiement assure la tranquillité d’esprit, tout en protégeant ses finances. 

A savoir :

Vous pouvez signaler les escroqueries auprès du site de la plateforme de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’Information et de la communication.

Pour vous informer sur les escroqueries ou pour signaler un site internet ou un courriel que vous jugez suspect d’escroquerie, de vol de coordonnées bancaires ou de tentative d’hameçonnage : vous pouvez contacter Info Escroqueries au 0 805 805 817 (appel gratuit depuis la France, du lundi au vendredi de 9h à 18h30).

Enfin, rendez-vous sur la plateforme nationale d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance. Celle-ci procure des informations sur les menaces numériques et les moyens de s’en protéger.